logo

Accueil

L'Association

Les activités

Contacter

Situer

Adherer

Le Musée

L'Estracelles

Liens

Plan du site

LES AMIS DU MUSEE de BETHUNE
et de L'ESTRACELLES A BEUVRY




Le télégraphe optique

De tout temps, l'homme a éprouvé le besoin de communiquer à distance, et aujourd'hui, il a à sa disposition de nombreux moyens qui lui permettent de le faire de faç;on quasi instantanée: téléphone, fax, Internet. Il n'en a pas toujours été ainsi et les progrès sont récents.

Vers 1790, une diligence pouvait porter un message de Paris à Strasbourg en quatre jours. En 1799, le même message mettra moins de ...2 heures !

Cette véritable révolution est due à une invention franç;aise en 1791, le télégraphe optique de Claude CHAPPE qui marque la naissance des télécommunications et constitue ainsi l'un des ancêtres d'Internet !

BIOGRAPHIE

Claude Chappe naît en 1763 à Brûlon (Sarthe), deuxième enfant d'une famille de cinq frères. Après de solides études, il est nommé abbé commendataire (sans obligations religieuses) et jouit donc de rentes qui lui permettent d'ouvrir un cabinet de physique à Paris. Il y réalise diverses expériences sur l'électricité statique et l'élevage des vers à soie, puis étudie les moyens de communications à distance inventés avant son époque participant ainsi à l'élan scientifique du "Siècle des Lumières".

A la Révolution, les biens du clergé sont nationalisés. Il perd ses bénéfices, et doit rentrer à Brûlon, mais poursuit néanmoins ses expériences. Grâce à son frère Ignace, membre de l'Assemblée Législative, il réussit à faire adopter son invention de télégraphe aérien et il est chargé de construire une première ligne de Paris à Lille. Elle sera opérationnelle en 1794. la ligne Paris - Strasbourg sera inaugurée en mai 1798; celle de Paris - Brest en 1799 et les premiers travaux d'une ligne Paris - Milan par Lyon sont décidés la même année, mais faute de crédits les lignes seront mises en sommeil et même fermées par Bonaparte fin 1800 .

Pour sauver le télégraphe Claude Chappe et ses frères cherchent d'autres ressources. A cause des incertitudes militaires, de nouvelles études sont relancées, mais affaibli physiquement et moralement par 10 ans de recherches et de luttes, Claude Chappe se donnera finalement la mort, à Paris, en 1805, à l'âge de 42 ans.

Après la mort de Claude Chappe, la famille prend le relais : ce sont ses quatre frères, notamment Abraham, qui poursuivront son œuvre pendant plus de 25 ans. Jusqu'à l'invention du télégraphe électrique par Samuel Morse en 1837, le télégraphe de Chappe restera le moyen le plus rapide de propagation de l'information.

HISTORIQUE

La communication visuelle sur de grandes distances se réalise par la transmission du message de poste en poste. Chaque relais, pour être visible du suivant, est placé en terrain découvert ou sur une hauteur. Le message doit être codé et sa transmission doit s'effectuer aux moyens de signaux simples.

Avant Chappe, les Grecs Enée le Tacticien (336 av. JC), et Polybe (150 av. JC) utilisent des torches et des signaux de fumée. Les Romains rajoutent des tours, tenues en permanence par des stationnaires, afin d'augmenter la distance de lisibilité. Le système ne pourra être réellement efficace qu'avec l'utilisation d'une longue-vue. C'est le franç;ais Guillaume Amontons enfin, qui eut le mérite, vers 1690, d'utiliser une lunette d'approche pour observer des signaux transmis par postes fixes. Il faudra tout de même attendre la fin du siècle suivant pour avoir des lunettes fiables.

Il reste à Chappe à réunir ces différentes techniques, puis à inventer un système visible de loin et un code correspondant. Il invente plusieurs systèmes avec des techniques différentes et obtient la permission de l'Assemblée législative d'expérimenter un système à panneaux pivotants placé sur un des pavillons de la barrière de l'Etoile. Il n'aura pas le temps de fonctionner parce que l'appareil sera détruit par des voleurs de bois !

Les frères Chappe ne renoncent pas et améliorent l'appareil en le dotant de bras pivotants. L'expérience échouera également à l'automne 1792 : par crainte que l'appareil ne serve à communiquer avec Louis XVI, enfermé dans la tour du Temple depuis le 10 août, quelques Parisiens le détruisent également en y mettant le feu !

Ce sont finalement les circonstances particulières et l'opiniâtreté de Chappe qui vont finir par imposer le télégraphe. Les défaites militaires amènent l'Assemblée à déclarer la "Patrie en danger" afin de repousser les invasions. L'exécution de Louis XVI en janvier 1793 entraîne la guerre civile et la coalition des puissances étrangères : la nécessité de transmettre rapidement des ordres vers les frontières devient impérative. La Convention prend le projet en considération, débloque 6000 Livres pour tenter l'expérience d'un nouvel essai. Trois députés, dont Lakanal et Daunou, sont désignés pour y assister.

Elle aura lieu le 12 juillet 1793 : un message est envoyé sur une distance d'une quarantaine de km, entre trois postes situés au nord de Paris : St Martin du Tertre, Ecouen et Ménilmontant. Le Député Lakanal fait un rapport très favorable à la Convention qui adopte le projet le 26 juillet. Une première ligne de Paris aux frontières du nord est décidée

Il fallait tout inventer : technique de recherche des sites, mise au point des appareils et des méthodes de transmission,... Il fallait également acheter le matériel en quantité, recruter et former les agents, trouver les méthodes administratives, etc ...Comme tout se déroule dans l'urgence, Claude Chappe obtient pratiquement les pleins pouvoirs : il est autorisé à placer les machines oú il veut, à nommer les agents comme il le souhaite...

En fait, l'établissement des lignes diffèrera suivant les gouvernements en place et on peut distinguer quatre grandes phases de construction en France même:

paris-venise
  • La formation du réseau : il se fera sous la Révolution, entièrement dictée par l'urgence de la situation militaire

  • L'expansion du réseau : si Bonaparte Premier Consul fit fermer les lignes pour mettre fin aux désordres révolutionnaires, Napoléon Empereur des Franç;ais les fit rouvrir : les lignes impériales prirent ainsi une dimension européenne;

  • Le recentrage sous la Restauration : les Chappe remportèrent leurs dernières victoires en réussissant à le recentrer sur l'Hexagone; le réseau prend ainsi la forme d'une étoile autour de la capitale, schéma désormais devenu classique. En 1844 existent en France 544 stations reliant sur plus de 5 000 km les plus importantes

  • A partir de la Révolution de juillet les nouveaux moyens de communication se profilent déjà à l'horizon et le télégraphe Chappe arrêtera ses dernières transmissions en France en 1854.

La France commence à se lancer dans l'expansion coloniale. L'armée de conquête a besoin d'un système de transmission rapide, sur et efficace et le télégraphe aérien va franchir la Méditerranée à partir de 1835. Il survivra jusqu'en 1859/1860 en Algérie, donc bien après la fin en métropole.

Le télégraphe Chappe servira une dernière fois pendant la guerre de Crimée qui oppose les alliés (Turquie, France, Angleterre et Piémont) à la Russie de 1854 à 1856.

Longtemps tombées dans l'oubli, les lignes connaissent un regain d'intérêt depuis quelques années. Il existe même des projets de fabrication à l'identique, en Allemagne notamment (lignes de Mayence). En France, plusieurs restaurations de stations sont actuellement en cours ou achevées : c'est le cas notamment à Marsy-sur-Anse dans le Beaujolais, oú la station, située sur la ligne Paris-Lyon-Toulon et Venise, mise en chantier en1805 a été restaurée en 1984, dotée d'un mécanisme reconstitué qui, d'après Daniel ROSETTA, historien du Beaujolais, fut le premier et sans doute le seul en France en état de fonctionner. (il semble cependant que, sur 16 tours restantes, 5 soient à nouveau fonctionnelles)

saverne

Station de SAVERNE

marsy

Station de MARSY-SUR-ANSE

LES TECHNIQUES

Le mécanisme est identique dans toutes les stations. Sur chacune des lignes télégraphiques, des tours ou des postes sur des hauteurs, sont disposés tous les dix à quinze kilomètres, postes oú opère un stationnaire. Aux deux extrémités de la ligne demeurent un directeur - traducteur et son adjoint, et deux inspecteurs pour surveiller. Ces tours soutiennent un mécanisme indicateur. Chaque sémaphore est un mât d'environ 4 m. de hauteur, édifié sur un lieu élevé. Ce mât est muni d'une grande aile de 4 m. de long, le régulateur, qui peut prendre quatre positions différentes. A chaque extrémité du régulateur sont fixées 2 petites ailes complémentaires, mobiles elles aussi : longues d'un mètre, Les indicateurs peuvent occuper sept positions différentes. Les positions obliques du régulateur servent à indiquer les manœuvres préparatoires, et les positions horizontale et verticale correspondent au signal finalement émis. Les 3 ailes sont ajourées comme des persiennes pour donner moins de prise au vent, et des contrepoids facilitent leur manœuvre.

semaphore

La combinaison des positions du régulateur et des positions de chaque indicateur permet donc d'obtenir 196 positions au total. Des filins tendus sur des poulies permettaient de mouvoir cet ensemble à partir de la chambre haute du poste, grâce à un manipulateur approprié, qui permet d'actionner chaque élément indépendamment les uns des autres et qui reproduit fidèlement la position des indicateurs. Les figures géométriques formées par ces bras indiquent un nombre de 1 à 92 qui renvoie à un dictionnaire de mots ou de phrases toutes préparées. Un premier nombre émis désignait la page, le second la ligne à retenir sur cette page. On peut ainsi transmettre 8464 mots ou phrases. Au cours des années, différents vocabulaires ont été utilisés, révisés, ont coexisté ou se sont succédés.

La complexité de ce système de codage est délibérée puisqu'il s'agit d'un vocabulaire secret de caractère militaire et politique. Ce système diffère pour chacun des pays européens qui mettent en œuvre leur propre réseau de télégraphe optique. Ces signaux sont observés à la station suivante au moyen de longues-vues et reconstitués en direction de la station suivante et ainsi de suite.

Les télégraphistes ignorent complètement la signification des messages qu'ils transmettent. Seuls la personne émettrice et le destinataire, au bout de la chaîne, en ont connaissance. Le directeur de la station terminale possède dans son coffre les vocabulaires de traduction.

Ce télégraphe optique ne peut fonctionner de nuit, ni par temps de brouillard ou de trop fortes chaleurs. Il ne transmet que des nouvelles officielles

L'ORGANISATION

Comme le télégraphe a été développé pour des raisons stratégiques, il dépend à l'origine du Ministère de la guerre. Dès 1798 cependant, il passe sous la tutelle du Ministère de l'Intérieur.

Un personnel très hiérarchisé fait fonctionner le télégraphe et la discipline est quasi militaire. Au sommet, on trouve l'administration centrale, rôle d'abord tenu par les Frères CHAPPE, A partir de 1823, elle est composée de trois administrateurs, un chef et deux adjoints, et de quatre bureaux : dépêches, personnel, matériel et comptabilité.

Viennent ensuite les directeurs, puis les inspecteurs, et enfin les stationnaires, qui représentent 90 % du personnel. Deux stationnaires sont affectés à une tour, l'un pour l'observation, l'autre pour la manipulation (mais les difficultés financières feront bientôt que les stations soient occupées le plus souvent par une seule personne). Ils connaissent 6 signes fonctionnels et sont soumis à un régime très sévère de présence : de service 365 jours par an, de l'aube au crépuscule, pour un maigre salaire journalier (équivalent d'un manœuvre ). Les stationnaires sont surveillés constamment par les inspecteurs ; l'absence de quelques minutes est sanctionnée (d'un jour à un mois de salaire), les erreurs de signalisation aussi, et les licenciements sont rapides.

<
Gilbert DENELE





Retour au menu