logo

Accueil

L'Association

Les activités

Contacter

Situer

Adherer

Le Musée

L'Estracelles

Liens

Plan du site

LES AMIS DU MUSEE de BETHUNE
et de L'ESTRACELLES A BEUVRY




En passant par la TOURAINE

J'ai rencontré PHILIPPE DE BETHUNE ET SES CARAVAGE.

Visitant LOCHES, petite cité fière de son donjon, de son logis royal, de sa collégiale et de ses vieilles demeures, j'ai été intriguée par nombre d'affiches annonçant

« les Caravage de Philippe de Béthune… »

C'était un mardi, je n'ai pu voir les tableaux « l'Incrédulité de saint Thomas » et « la Cène à Emmaüs » mais j'ai fait ma petite enquête dont je vous livre quelques éléments.

loches

Donjon de LOCHES

car1
philippe

Blason de Philippe de BÉTHUNE

Philippe de Béthune (1565-1649) comte de Selles et de CheAacute;rost est le frère puîné de Maximilien, duc de Sully. Un auteur du 18è siècle mentionne qu' : « il est non moins recommandable à la France que Maximilien ». Il occupe d'abord des fonctions importantes en Bretagne, puis il est nommé ambassadeur de France à Rome de 1601 à 1605. Ce séjour dans la Ville éternelle ne l'empêche pas d'acheter ce qui reste de la forteresse de Selles-sur-Cher (Loir-et-Cher) pour en faire une demeure digne de son rang. Il prévoit d'y construire une très longue galerie pour y installer ses manuscrits, ses peintures et ses collections de vases étrusques, ainsi que ses bronzes et ses antiques.

thomas

CARAVAGE :l'incrédulité de St Thomas

A Rome, diplomate apprécié, il est en relation avec les artistes et les mécènes qui les protègent. C'est ainsi qu'il visite l'atelier du Caravage, peintre déjà renommé pour ses œuvres … et ses frasques. Il lui achète un premier tableau, puis trois autres, ce qui l'amène par la suite à le faire sortir de la Tor di Nona, prison oú le Caravage avait été incarcéré pour un crime.

cene

CARAVAGE :La Cène à Emmaüs

Philippe de Béthune s'installe enfin au cheAacute;teau de Selles oú il meurt en 1649. Ses collections sont alors partagées entre ses enfants : ses manuscrits sont légués à Louis XIV et se trouvent à la Bibliothèque Nationale. C'est son fils aîné Hippolyte qui transfère les Caravage à la Chartreuse de Liget, située à quelques lieues de Loches. Saisies à la Révolution, elles sont gardées à l'hôpital de la ville, et de là, accrochées dans la nouvelle église Saint-Antoine, aménagée en 1813.

En 1999, on se pose des questions sur ces peintures ; après bien des expertises et des restaurations, elles sont reconnues comme ayant beaucoup de similitudes avec les œuvres du Caravage. Elles avaient d'ailleurs été qualifiées d' « originales » dans un inventaire dressé par un notaire parisien lors du second mariage de Philippe de Béthune en 1608.

Classées monuments historiques, on peut les voir maintenant à la Chancellerie de Loches, demeure du 16è siècle. Sauf le mardi !


Marie-Thérèse BREYNAERT





Retour au menu