Augustin Lesage – Le peintre médium

Augustin Lesage, Saint-Pierre-Lez-Auchel, 1876-1954

L’énigme d’un peintre spirite.

Photo du "peintre mineur" Augustin LesageAugustin Lesage, né à Saint-Pierre-lez-Auchel en 1876, est simple mineur de fond à Ferfay. Il ne possède aucune connaissance en histoire de l’art, ni en pratique artistique. En 1911, alors qu’il est âgé de 35 ans, il entend des voix qui, du fond du boyau de mine où il travaille seul, lui disent : « N’aie crainte, nous sommes auprès de toi. Un jour tu seras peintre ». Après quelque temps d’interrogation, voire de frayeur, poussé par quelques amis eux-mêmes spirites, il s’initie au spiritisme. Ce courant de pensée très vivace dans les milieux miniers de Belgique et du Nord de la France est fondé sur la croyance en Dieu, en la réincarnation et en la communication avec l’au-delà.

Augustin Lesage en tenue de mineur
Augustin Lesage en tenue de mineur

Il réalise alors ses premiers dessins sur papier tracés aux crayons de couleur. Les formes sont spiralées ou ondulées et le fond couvert de petits points plus ou moins serrés. Lesage affirme n’avoir aucune emprise sur ces dessins puisque sa main est guidée par l’esprit de Marie, sa sœur cadette morte à l’âge de 3 ans. Par la suite, il se dira guidé par Léonard de Vinci et Marius de Tyane, philosophe et faiseur de miracles au 1er siècle de notre ère.

Lesage - dessin sur papier
Lesage – Sans titre – 1912 dessin sur papier. (35 x 52,1 cm)

Après la phase de dessins sur papier, obéissant à ses voix, il passe à la peinture à l’huile sur toile. En 1912 , il s’attaque à sa première grande œuvre : une immense toile de 3×3 mètres dont les étonnantes dimensions lui ont été dictées par les esprits. Sa réalisation lui demandera plus d’un an de travail exécuté après son travail à la mine et pendant ses jours de repos. Cette peinture, comme celles qui suivront, est peinte sans schéma préalable, en commençant par le coin supérieur droit et en procédant par accumulation de micro éléments peints en couleurs pures.

A partir de 1920, les tableaux de Lesage se reconnaissent à leur symétrie, leur organisation en bandes horizontales et à l’emploi de motifs décoratifs ou ésotériques tous abstraits.

Tableau de Lesage

Faute de hauteur sous plafond dans sa cuisine qui lui sert d’atelier, il doit rouler ou plier sa toile au fur et à mesure qu’il peint. Son travail avance donc sans qu’il puisse voir le tableau dans son entier.

Lesage - Esprit de la pyramide
Esprit de la pyramide – 1926 (293 x 200,5 cm)

En 1921, Lesage reçoit la visite de Jean Meyer, directeur de la Revue spirite et fondateur de l’Institut des spirites. Ce dernier voit immédiatement dans le « mineur-peintre » le héraut de la cause spirite. Il devient le mécène de Lesage qui cesse alors son activité de mineur en 1923 pour se consacrer à la peinture, mais aussi à de nombreuses expositions, conférences, sans oublier les voyages en Europe, en Afrique du Nord et en Egypte. Une partie de la vie de l’artiste se passe « en représentation». Ce n’est pas l’argent qui le motive mais la reconnaissance de son talent. A présent, il accède à un statut social auquel il a toujours aspiré.

Lesage_en_train_de_peindre_en_public
Lesage en train de peindre en public

Un changement stylistique s’opère également pendant ce qu’il appelle » la deuxième phase de son apostolat ». Des formes rondes et ovales se mettent à bourgeonner, comme libérées des lignes horizontales de la période précédente. Des oiseaux, des visages envahissent la composition et les tons purs cèdent la place à des couleurs sourdes. Plus étonnant encore, des reproductions d’images égyptiennes, chrétiennes, hindoues, viennent, de façon plus ou moins heureuse, agrémenter les compositions. Peut-on encore parler de peinture spirite? Les détracteurs réclament des preuves scientifiques auxquelles Lesage se soumet parfois. Les conclusions ne sont pas toujours probantes !

Toile d'augustin Lesage
Les Mystères de l’Antique Égypte – 1930 (143 x 113 cm)

Lorsqu’il meurt en 1954, il est sans doute le peintre spirite le plus connu et le plus exposé de son temps. Son œuvre imposante tient une place importante dans l’art brut et côtoie aussi l’art abstrait et le surréalisme. Protégé par le cocon spirite, ce curieux personnage qui se croyait la réincarnation d’un peintre hindou et d’un ouvrier des pyramides d’Égypte nous laisse une œuvre séduisante et énigmatique qui n’a pas fini de provoquer maints questionnements.

Palette décorée d’Augustin Lesage
Palette décorée d’Augustin Lesage. Don à son ami Henri Descamps – 1944

Lien vers une page de l’INA, dans la série « Mémoire des mines », avec une vidéo de présentation : Reportage sur Augustin Lesage


Retour vers la page des peintres Artésiens


Lien vers la page d’accueil : Les Amis du Musée de Béthune