Charles Naninck

Charles Naninck (1860-1947)

FiPhoto de Naninckls d’un tailleur d’habits de Saint-Omer, Charles Naninck  est devenu Béthunois par une affectation militaire. En 1885,  cet officier premier prix de cornet à piston au conservatoire est nommé chef de musique au 73e régiment d’infanterie. Il occupe le poste jusqu’en 1912.  Naninck s’illustre notamment en remportant en 1907 un concours militaire à Caen,  où le chef de musique du régiment béthunois termine premier ex-aequo  avec le futur chef de la musique de la Garde républicaine.

Monsieur Naninck  a dirigé la fanfare du 73ème depuis 1884, il continuera à le faire jusqu’en 1912. A l’époque de cette photo, il avait 45 ans.

Portrait de naninck

Photo de la musique du 73èm en 1899
La musique du 73ème en 1899, avec Charles Naninck au centre

Peut-être, certains reconnaitront-ils un de leurs ancêtres dans le groupe de musiciens. Faire son service militaire dans la musique était assez intéressant; on s’y perfectionnait et on était exempt de certaines corvées et exercices. En plus des concerts donnés au jardin public, il y avait aussi les sorties dans les villes environnantes : tel ce voyage à Estaires ; pour s’y rendre, les musiciens allèrent à la gare de Béthune s’embarquer dans le tramway de l’Artois. Étant donné les nombreux voyageurs, ce dernier était trop chargé et ne put monter la côte du boulevard Poincaré, les musiciens durent descendre et le pousser jusqu’à la place Clémenceau, ensuite la route descendait et le voyage se termina bien.

En 1932, il devient Président d’honneur de l’association des anciens musiciens du 73ème RI. Le maire de l’époque, Alexandre Ponnelle, exprime alors son admiration pour cet ancien élève du Conservatoire de Paris : « par votre talent incomparable, vous avez transformé sous votre baguette et amené au rang le plus élevé la musique du 73ème de ligne et tenu sous le charme pendant plus d’un quart de siècle la population béthunoise ».

défilé militaire

La musique du 73e RI  défile dans le camp de Sissonne où le régiment est en manœuvre, en 1906. Ville de garnison, Béthune a beaucoup entendu de musique militaire, du règne de Louis XIV à la Troisième République. A la parade et dans les prises d’armes des cérémonies officielles, le clairon n’y sonne pas uniquement  derrière les murs des casernes. C’est sur la demande du régiment donnant régulièrement des concerts à la population civile que la municipalité a fait construire un  kiosque. Le maire Charles Dellisse-Engrand voulait l’ériger sur la place du Jeu-de-Paume (l’actuelle place Foch). Son successeur Oscar Dupuich a préféré le site du jardin public aménagé après le démantèlement des fortifications.

A sa retraite, Charles Naninck se fixe dans la rue  Marcellin-Berthelot où il donne des leçons particulières. Entre les deux guerres, « le capitaine à la baguette magique » devient chef de l’harmonie municipale, ce qui lui vaudra de se faire statufier au jardin public où il a si souvent dirigé.

Buste Naninck
Buste de Charles Naninck au jardin public

Retour à la page des musiciens Béthunois