Daniel Blondeau – Des terrils du Nord aux soleils de la Riviera.

Daniel  Blondeau, Verquigneul  (1909 – 1992)

Daniel-Blondeau-portraitFils d’un mineur du bassin houiller de Béthune, il connait un début de vie difficile, adouci par de brillants succès scolaires et son attirance vers les arts.
A sa sortie des Arts et Métiers de Lille, il débute une carrière d’officier du Train puis s’oriente vers l’enseignement.

A partir de 1949, il s’adonne avec passion en tant qu’amateur à la peinture. En 1951 il s’installe sur la Côte d’azur, loin de sa famille qui lui manque. Commence alors un période d’intense création inspirée par la lumière et la douceur du sud.

Peinture de Daniel Blondeau
Noirs (1951) – Des terrils du Nord aux soleils de la Riviera

Il va peindre sans relâche des portraits, des paysages, des œuvres délivrant un message, soit implicitement (comme la Chasse à courre) soit par un symbole (Noirs). Mais, en 1952, les aléas de la vie referment la lumineuse parenthèse et l’oblige à se consacrer uniquement à l’enseignement et à sa famille.

Tableau de Guyemer
Guynemer (1951)

Vingt-huit tableaux en trois années. Elles seront les années de création de Daniel Blondeau où il peindra pratiquement toutes ses toiles dans des conditions matérielles difficiles, avec pour atelier à Tarbes un grenier étouffant l’été et glacial l’hiver, puis la chambre d’un hôtel meublé proche de son lycée à Cannes.

La Folie entrainant aux Horreurs de la Guerre (1951)

Sa signature : un cœur rouge brisé sous les valves. (Citation dans “Le Delarge, Dictionnaire des arts plastiques et contemporains”).

Tableau "L'enfant à la colombe"
L’enfant à la colombe (1952)

Daniel Blondeau referma son échappée fulgurante dans le monde de l’Art en 1952. Se sentant incompris à l’époque dans sa manière symboliste de s’exprimer, il referma cette échappée pour se consacrer, avec une rare conscience professionnelle à son métier d’enseignant. Il ne s’était adonné à son art que pendant 3 ans. L’œuvre créative de Daniel Blondeau est une fulgurante et bouleversante parenthèse dans la vie d’un homme qui a su accepter en silence sa destinée. Il s’éteint en 1992.

Tableau l'appel du large
L’appel du large (1952)

Aujourd’hui, l’École de l’air de Salon de Provence a accepté en 2010 le don du tableau “Guynemer” (1951). En 2017, deux de ses œuvres “La Folie entraînant aux horreurs de la guerre” (1951) et “L’enfant à la Colombe” (1952) sont entrées dans les collections du Musée La Contemporaine (ex BDIC), d’abord en l’Hôtel National des Invalides, depuis octobre 2021 à l’Université de Nanterre. Don en 2020 au Musée de Matsuyama (Japon) du ‘Portrait de la mère de l’artiste ” exécuté au fusain.


Pour en savoir plus sur Daniel Blondeau . . .

Interview de sa fille Danièle Montigny-Blondeau :
Dans l’univers de l’artiste-peintre

Le site  Verquigneul.livegalerie.com, présente les œuvres de Daniel Blondeau classées par thèmes et sa biographie détaillée.


Retour vers la page des peintres Artésiens


Retour vers la page d’accueil : Les Amis du Musée de Béthune