Eugène Béghin

Eugène Béghin (1833-1903)

Qui connaît vraiment Eugène Béghin, historien local, décédé dans sa ville de Béthune le 31 août 1903 ?  Il est l’auteur d’une multitude de monographies historiques sur  Béthune et  quelques villes d’Artois. Souvent critiqué… mais toujours cité !Portrait Eugène Beghin

Mais comme « on n’est jamais mieux servi que par soi-même », laissons le soin à Eugène-Constant Béghin de se présenter lui-même.

Extrait de « Biographies béthunoises » par Béghin (Eugène Constant) :

« Béghin (Eugène Constant), né à Béthune le 22 mars 1833, fut destiné au notariat ; ses goûts lui firent préférer une vie calme et tranquille afin de pouvoir se livrer plus à son aise à l’étude. Sa famille, du côté paternel, est originaire d’Estaires et y jouit pendant longtemps d’une certaine influence . . .

Du côté maternel, sa famille [les Bouton d’Agnières] est une des plus anciennes de la ville de Béthune. Elle était propriétaire de sept seigneuries . . .

 . . . De bonne heure, Eugène Béghin s’occupa de recueillir les pages éparses de l’histoire de sa ville natale . . .

Livre d'Eugene Béghin


Comprenant que la musique élève l’âme et adoucit les mœurs, il créa à Béthune, le 21 octobre 1855, la « Société Chorale et Instrumentale » dite « L’Union », approuvée par le préfet le 7 février suivant et la ville de Béthune célébra l’avènement de cette société par un magnifique concours de chant qui eut lieu le 13 mai de la même année et auquel prirent part les sociétés chorales d’Arras, Douai, Lille, St-Omer.

Depuis, cette société est tombée ; il ne reste plus que la fanfare confondue actuellement [en 1871] avec la Compagnie des Sapeurs pompiers . . .

 Enfin, Béghin travailleur modeste et consciencieux, s’exerça aux recherches historiques en travaillant aux bureaux du Génie et les a poursuivies avec persévérance depuis qu’il est attaché au Secrétariat de la Mairie de Béthune.

D’un esprit naturellement droit et impartial, ses notes présenteront certainement un cachet d’authenticité et seront lues avec intérêt, d’autant plus que sa position lui permet de juger sainement les faits .»


Retour à la page des musiciens Béthunois