Léon Guthmann

Léon Guthmann (1885-1975)

Photo de GuthmannLéon Guthmann est né en 1885 à Limoges
Son grand père, originaire de Fessenheim, vient s’établir à Limoges dans les années 1840 et appartient par la suite à la gendarmerie impériale. Son père alors sous-ingénieur des Ponts et Chaussées sera ensuite muté à Périgueux avec le grade d’Ingénieur.
Léon fréquente le lycée de Périgueux où il obtient le baccalauréat section philosophie.

Un architecte de la ville lui recommande de suivre des cours d’architecture. Il entre à l’École des Beaux-arts à Paris où il fréquente l’Atelier de Victor Laloux, membre de l’Institut (architecte notamment du palais et de la Gare d’Orsay ainsi que de la Mairie de Roubaix). Il en sort en 1910 architecte « Diplômé par le Gouvernement» (DPLG).
Il y rencontre et se lie d’amitié avec Robert Largesse, fils d’un entrepreneur marbrier du Havre, qui suit la section sculpture dans la même école.
Il collabore au Cabinet d’architecture Dubois d’Auberville et participe à l’édification de l’Hôtel Lutétia à Paris. Il crée notamment le motif des guirlandes de roses qui ornent la façade de cet Hôtel et qu’il fera reproduire par son ami Largesse sur la façade de la maison qu’il fera réaliser à Béthune, rue Gambetta.
Léon Guthmann réussit un concours qui fera de lui l’architecte de la Préfecture de Police de Paris, fonction qu’il exercera jusqu’à la guerre 1914.

Il est alors affecté au 250éme Régiment d’Infanterie de Périgueux. Sous-lieutenant il sera blessé près de Bapaume à Moulin-sous-Touvent en septembre 1914.
Blessé à nouveau en 1915, il est «réformé partiel» et nommé instructeur de la classe 1916. C’est à Sens dans le Génie qu’il reçoit le grade de lieutenant.
La Paix revenue, il envisage de revenir à Périgueux. Mais il lui est conseillé de rejoindre le Nord qui est à reconstruire et notamment Béthune. A cette époque des sociétés coopératives de reconstruction sont créées. La plupart des architectes s’associent pour travailler pour ces sociétés.

Voilà Léon Guthmann qui s’installe au« château du Perroy » avec plusieurs confrères pour fonder le cabinet de Messieurs Alleman – Bocsanyi – Capelle – Gillon -Guthmann – Raynaud, architectes DPLG, agrées des communes.

reçu
Reçu à entête du cabinet

En 1921 un cabinet Alleman – Gillon – Guthmann est ouvert 13 Place Marmottan à Béthune. Dans cet immeuble de nombreux collaborateurs, dessinateurs travaillent autour des projets préparés par les architectes. Chaque architecte y développe le talent qui le caractérise.

photo de la maison de l’architecte Léon Guthmann
Maison de l’architecte Léon Guthmann rue Gambetta

Léon Guthmann vers 1922 achète un terrain rue Gambetta et y construit sa maison qu’habitera ensuite le Docteur Georges Fruchart à partir de 1939.
L’examen des immeubles construits sur Béthune par Léon Guthmann démontre la variété des styles qu’il a su développer. Hors de Béthune, il reconstruit les églises de Hinges, St Venant, St Floris.
Ce sera un habitant bien intégré à Béthune. Il va aussi démontrer ses talents de peintre. Reconnu pour son sérieux, il sera très souvent désigné comme architecte expert par le Tribunal.
En 1937, il décide de rejoindre Périgueux où il va continuer à exercer ses talents d’architecte. Il sera notamment chargé par la ville de Périgueux de la construction d’un centre de vacances à Biarritz et pour cette réalisation il va demander à son ami architecte de Béthune Monsieur Evard de l’assister.
Il participe aussi après la deuxième guerre à la reconstruction du bourg de Rouffignac en Dordogne qui avait été incendié par les troupes allemandes.
C’est en 1975 que décède Léon Guthmann.

Les immeubles construits à Béthune :

Plusieurs immeubles ont été construits notamment dans le cadre de la reconstruction de Béthune par cet architecte.

Hôtel-du-vieux-Beffroi sur la grand-place
Hôtel du vieux Beffroi – Grand Place
Immeuble Mlle Fournier, rue d'arras
Immeuble Mlle Fournier, rue d’Arras
Immeuble Place Marmottan
Immeuble Place Marmottan
Rue des Treilles vers 1934- La Maison de Maître Jules Appouchaux
La Maison de Maître Jules Appouchaux, rue des Treilles vers 1934
Scuptures de R. Largesse
Les sculptures de son ami R. Largesse dans la rue Ludovic Boutleux

Reconstruction du collège St Vaast après l’incendie en 1936

Léon Guthmann et Mr Picquart entrepreneur avec ses ouvriers sur le toit du collège

Le clocher du collège St Vaast ayant subi de gros dégâts, Léon Guthmann a obtenu après de longues discussions, de le couvrir de plaques de cuivre qui lui donnent toujours cette couleur verte caractéristique.

L’expert auprès du tribunal

En raison de sa compétence en matière de construction, de son sérieux, de ses qualités morales, de son sens de la conciliation, il va être inscrit sur la liste des experts près de la Cour d’Appel de Douai et ainsi être très souvent choisi comme expert par les tribunaux jusqu’en 1937, date de son départ pour Périgueux.

L’artiste

Léon Guthmann est architecte mais aussi un artiste. Il apprécie la sculpture notamment celle de son ami Largesse, mais il passe surtout une partie de ses loisirs à peindre.
Il n’est pas le seul à Béthune à s’exercer à cet art, son confrère architecte René Evard, le marbrier Adolphe Clipet, Helion le décorateur et marchand de meubles établi sur la grand place, suivent avec d’autres des cours dispensés par un artiste de Lille Achille Capliez. Guthmann, Evard et  Helion  seront admis au salon des Artistes Français et participeront à de nombreuses expositions sur la région.

Reproductions de quelques tableaux peints par Léon Guthmann

Tableaux de Guthman

La vie sociale

Les relations de Léon Guthmann ne se limitaient pas aux seuls amateurs de peinture. Avec son épouse et ses deux enfants, la famille Guthmann s’est vite intégrée à Béthune notamment avec ses voisins de la rue Gambetta et les béthunois du monde de la construction des affaires et des arts.
Il se lia d’amitié avec le chanoine Campagne, supérieur de l’institution St Vaast, ancien combattant valeureux de la guerre 1914 1918. Dès 1930 il possède une caméra et filme la Confrérie des Charitables lors des funérailles de l’archiprêtre de Béthune le Chanoine Pruvost.
C’est là qu’il côtoyait notamment Jules Appourchaux Député du Pas de Calais et sa famille pour qui il construira la maison de la rue des Treilles et de nombreuses familles de Béthune en villégiature.


Ce modeste article se veut un hommage rendu à un architecte qui a participé à cette belle aventure de la reconstruction de notre ville et qui a marqué de son talent la qualité de notre environnement qui fait l’attrait de notre cité.

André Delhaye


Retour à la page des architectes de la reconstruction