Marcel Legay

Marcel Legay (1851-1915)

Affiche Marcel LegayJoseph, Arthur, Jacques Legay, dit Marcel Legay, est passé à la postérité sous le surnom de « barde chevelu ». On l’appelait aussi  le « fou sublime », le « chauve chevelu »…

Issu d’une famille de porions qui le destinait à l’art de tonnelier, Marcel Legay entre au Conservatoire de Lille. Il chante comme baryton au théâtre du Havre puis quitte la scène à cause de sa mauvaise vue, et vient à Paris en 1876. Il fréquente les caveaux, chante dans les rues ses propres chansons.

Le Chansonnier Legay au Cabaret « Les Noctambules »
Le Chansonnier Legay au Cabaret « Les Noctambules » par Georges Leroux, 1906

En 1891, Legay  est engagé à l’Eldorado, puis chante dans les cabarets de Montmartre et du quartier Latin. Avec sa longue redingote, sa lavallière négligée, Marcel Legay a créé un type…

dessin de Marcel LegayIl fut l’un des précurseurs des chansonniers de  Montmartre. Il chantait ses chansons dans la rue en s’accompagnant à l’harmonium bien avant que le premier cabaret s’installât sur la Butte. Le barde chevelu vendait ses œuvres 0,10 franc  à un public ouvrier. De la même génération qu’Aristide Bruant, il fut de la première équipe du « Chat Noir ». Legay a mis en musique de nombreux poèmes de ses contemporains.

Son chef d’oeuvre reste « Ecoute ô mon coeur », un hymne identitaire des chorales artésiennes, dont il a composé paroles et musique.

Marcel Llegay artiste montmartrois

 Quelques éléments de biographie :

 1851 : Marcel Legay, fils de Charlemagne Legay et de Floride Duquesnoy, voit le jour le 8 novembre 1851, au sein d’une famille de mineurs, à Ruitz.

1858 : Mort de sa mère. Ecole primaire à Fampoux, près d’Arras « c’est un très vieux air des bords de la Scarpe », chantera-t-il plus tard dans son succès populaire « Ecoute, ô mon coeur ».

1870 : engagé volontaire pendant la guerre franco-prussienne, il termine son service comme clarinettiste au 43e R.I. Démobilisé, il est admis au Conservatoire de Lille. Ses études achevées,  il débute comme baryton au théâtre du Havre dans « La Favorite » de  Donizetti.

1876 : Il arrive à Paris avec 2000 francs d’économies. Il se fait voler son magot. Il tente alors de gagner sa vie en chantant dans les rues et les cabarets.

1878 : il édite sa première chanson « L’heure du rendez-vous », puis il en compose bon nombre d’autres. Fréquentant Aristide Bruant, Alphonse Allais, il se produit dans les guinguettes et les cabarets. Sur la Butte, les salles de spectacle fleurissent. Le barde chevelu chante au Chat noir, au Lapin agile, aux Quat’z’arts, au Moulin de la galette…

1904:  il compose « Ecoute ô mon coeur », paroles et musique.

1915:  le 16 mars, Marcel Legay décède d’une crise foudroyante d’urémie à son domicile, 10 rue Mansart à Paris. Il est enterré au cœur de Montmartre, dans le vieux cimetière Saint-Vincent.

Marcel Legay par Léandre
Marcel Legay par Léandre

Écoute ô mon cœur : interprété par Louis Lynel (1942)

La chaine Youtube : Les chansons de Marcel Legay
L’idée de cette chaîne est de faire revivre — et parfois vivre — l’œuvre musicale considérable du chansonnier Marcel Legay qui, s’il est aujourd’hui quasiment inconnu, fut en son temps (autour des années 1900) aussi célèbre que son confrère Artiste Bruant.

Le site officiel : Marcel Legay le site


Retour à la page des musiciens Béthunois